Archive for Wave

L’exil en dernière chance

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on June 22, 2012 by Zarbis Art Videos

L'exil en dernière chance

Well Symbol Boat Soul Performance Wave Dark Heaven Inferno Red Candle Flame Whirl Distance Blue Infinity Space Poetry Elisabeth Žarkov R. Žarbis

je me balance sur une corde raide
Et un jour elle cédera je le sais
Et sans nul doute je le souhaite
Je voulais juste vivre dit-il le terrain
Un jour vous êtes arrivés stupides humains
Vous m’avez tout pris et vous osez vous plaindre!
Souvent lorsque je vous regarde face à face
J’aimerai vous enfermer dans un sarcophage
Presque 6 milliards de présumés coupables
Mais qu’est-ce donc que cet amour
Dont vous me parlez depuis ma clarté au jour
Celui pour qui, celui pourquoi le vôtre toujours !
N’ y a t’ il rien que vous ne fassiez sans faire le mal
Ô jeu d’homo sapiens ! Ô tromperie inavouable !
Mes larges cadeaux étaient pourtant à pointes égales
Semble vouliez les transformer en d’infernales prisons
Ô humain ô hommes ô femmes mais qui êtes-vous donc
Des ombres des fantômes des ondes des lumières sombres ?
Hâtez-vous cavaliers de braver la flamme fierté des cœurs
L’amertume des pleurs n’a plus aucun sens je décompte les heures
Et toi par-dessus tous, promeneur sans voie à la mortelle peur
Parfois j’adorais te briser en funeste apparence
L’obscurité s’avance elle présage elle tremblante
Le vent la pousse vers l’exil en dernière chance
Dans l’immensité qui s’agite en noirs tourbillons
Se refaire les paupières et ses lambeaux haillons
Elle décuple ses efforts sur le toit du monde
Mais en sourdine hurle je tombe dans la suffocante nuit
Et toi baroudeur des petits jours tu fugitives ta course livide
Sur le terrain houleux où tes dieux t’emportent dans le vide
Le tonnerre s’écoule, le lointain coule, humain tu m’agaces !
De ton affreux conflit entre toi et toi! Contre toi bagarre !
Eclate tous les effrois qui abîment mon Ame la teintant écarlate
Tu n’es rien sans moi je suis tout sans toi et sans tourment
Eblouissante : L’univers me fit il y a presque 6 milliards d’Ans

Jeune et belle joyeuse de flots en flots éclose fraîchement
Mais aujourd’hui qu’en est-il
Mais aujourd’hui que reste t-il
Mais aujourd’hui humain tu m’épuises

Elisabeth Žarkov (Vaury)

Advertisements

Livre ouvert

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on June 1, 2012 by Zarbis Art Videos

Livre ouvert

Book Hand Motion Windmill Love Stone Sun Moon Sunflower Wave Ring Circle Time Hour World Heart Word Flower Poem Žarkov Elisabeth Vaury Žarbis

Que la foudre me tombe de partout
Que l’eau me recouvre de boue
Que le pluie me fouette mes joues
Que l’embrume défile son fil rouge
Que la pierre roule comme sur mon cou
Que l’herbe vienne fouetter mon âme floue
Que le soleil me brûle mon coeur-de-louve
Que la terre son cratère pour nous s’ ouvre
Que l’étoile à jamais tire son risque-tout
Que la mer en deux s’écarte pour nous
Que cette fois on risque notre va-tout
Que cette fois ! Allons déverrouiller tous nos doutes
Emporter emporter la clé loin !De l’écrou ,
J’ assigne de notre nom le temps d’un atout
Ci-dessous et si possible pour toujours,

Žarkov Elisabeth (Vaury)

l’ enjeu

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on April 22, 2012 by Zarbis Art Videos

L'enjeu

Wave, Air, Fire, Time, Information, Codes, Radio, Signal, Helmet, Brain, Hoop, Motion, Speed, Eyes, Head, Nature, Above, Infinitely, Illusion, Inspiration, Atmosphere, Flame, Tower, Eiffel, Poetry, Elisabeth, Žarkov, Žarbis,

Sur cette route hystérique de la vie tout va trop vite
et moi, je roule à une allure vers un point non défini.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Au poste de radio une histoire d’amour à la chaîne rengaine.
Je passe la quatrième vitesse, je dois avoir la fièvre.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Soudain mes pieds ne sont plus synchros.
J’écrase la pédale de l’ accélérateurs à fond.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Je me crois la plus forte , alors je refuse de regarder l’évidence.
A rouler si vite, on vit avec des sentiments tordus en alternance.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Une voix arrive à mon oreille, bonne conseillère elle me dit :
Les cracheurs d’étoiles filantes t’offrent leurs flammes énigmatiques.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Je prends deux ou trois temps de poses pour mieux envisager mon futur,
Cet urgent atmosphère devient lourde sous mes lunes.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Perdu de la sagesse ,je me suis fusillée le cerveau avec tous ces malfrats.
C’est au coin de nul part que j’ai croisé l’infini, c’est un mirage.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Soudain je vois ! un mur d’un coup surgit devant tous mes futurs compromettants,
J’essaie de le franchir pour contempler le jour naissant.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Mais j’ai nullifié l’espoir de signer le bon contrat.
J’ai jamais bien aimé les veilles décades infâmes.
Jusque là jusque là jusque là : rien ne va plus.
Je prends rendez- vous avec le Diable,
Déjà j’ai sorti mon casque et mon lance-flamme.
Jusque là j ai froid à l Ame .En Fer devenue conviendra
Des lors je cherche l ombre celle-là meme
Vois tu toi qui te balade ailes en ailes
Une main sur le coeur et l autre ? Qui puis-je et qu en sais-je

Elisabeth Žarkov

Sable et à la déchirure

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on March 21, 2012 by Zarbis Art Videos

Sable et à la déchirure

Sand, Space, Motion, Tear, Infinitely, View, Eyes, Merging, Shine, Metaphor, Wave, Nature, Trace, Digital, Animation, Poetry, Elisabeth, Žarkov R, Žarbis,

Petite larme de vent qui pleure, effleure
Dans la mer à boire recouverte de sable,
Le sablier du temps oubliant certains coeurs
Grinçante vérité : Sous le magma où coule larme
Qui comme trop vouloir n’auront que lueur

Petite larme de vent un thé elle voudrait
Et tombe et tombe le sable en infusion
Amer! Elle vous prie d’agréer. Agréer? Oui dit-elle
En bouquet de migraine d’affabulation
Dans la ritournelle du temps parfois cruels

Où jamais le cours d’eau ne joint le rocher
Celui où sable et vent pourraient s’enrichir
Jeune demoiseau dogme ! vôtre tête sortez
De dedans le sable pour vous affranchir
Et qu’enfin ainsi pourriez la vérité émanciper

De dessus le sable: Il y a mademoiselle liberté
Je sais pas vous mais moi j’aime
Cette vague même si ça fait mal de la voir arriver
Celle là même qui dévoile tout sans la petite laine
Qui nous protège de rien de rien! Venu l’hiver agacé

Elisabeth Žarkov