Archive for Žarkov

Autobahn

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on November 10, 2012 by Zarbis Art Videos

Autoput

Highway, Trail, Driving, Control, Signs, Directional, Rays, Light, Landscape, Radar, Strength, Speed, Senses, Motors, Expansion, Contraction, Transposition, Risk, Poem, Elisabeth, Žarkov, Žarbis,

Dans la phosphorescence des rayons bleutés, la cité commence à espérer,
Nos visions fébriles s’acharnent à ne pas monter dans le dernier taxiway,

Coincés là comme des bêtes apeurées dans les parkings souterrains
A regarder passer nos ombres. Je crois bien qu’il nous faut être plus aériens,

Mais qui ne l’entendent pas cette vérité qui nous ronge mots à maux
Ou maux pour mots. Quelque part ailleurs l’atmosphère est au contrôle,

Voyageuse solitaire, elle cherche une raison d’ensoleiller nos sentiments,
On peut donc affirmer que dernier tous nos doutes de grands enfants .

Il y a un demain ivre de mystère à découvrir comme la première rose de l’été;
Qui s’ouvre à nos yeux lentement mais sûrement, nous l’avons tellement espéré !

Dans nos tensions qui emportent nos vies sur d’abjectes incertitudes ridicules,
Mais nous en sommes tous là essayant de comprendre ces
silences qui se cumulent ;

On fuit le futur à toujours vouloir squatter le passé au présent souvent amer ?
Disent nos mémoires qui ne retiennent que les déjections outrancières !

Et lorsqu’il n’y a plus de point de retour reviennent les joies monotones
Sans Âmes et sans vies, cruelles ombres affolées pour oublier que nous sommes;

Presque six milliards de présumés coupables se laissant aller à regarder les étoiles
Pas souvent lumineuses tellement elles ont été assombries par je ne sais quoi,

Peut-être la honteuse malédiction qui trône sur nos cœurs depuis quelques temps sans ses vrais battements;
Qui nous donneraient cette expression d’être enfin vivants dans un dernier élan.

On a occupé le ciel pour nous rendre plus heureux, le sommes-nous vraiment, qui faisons nous?
S’envoyer des roses, des mots doux, des douceurs sous les rayons pâles et ternes mais après coup ?

Que devient le rêveur quand la rêverie est finie, quand la magie devient morne et glaciale ?
Peut-être qu’après tout nous sommes tous que de grands destructeurs de l’astre Astral,

Celui qui nous permettrait de voir plus loin que le bout de notre nez, d’envisager un demain
Où tous ces bouts d’icônes serviraient des causes, où l’on échangerait des idées d’humains !

On à juste évité de s’occuper des choses importantes comme d’écouter ceux qui crient ;
Dehors dans ce véritable monde , mains tendues réclamant peut-être un opéra de vrais sourires,

Une voix qui rassure et qui réchauffe l’âme qui leur servirait escorte pour la mémoire
Au lieu de cela nous regardons passer le temps en souriant en société internalisée et c’est assez pourquoi ?

Aurions-nous perdu tous nos sens, même celui de ressentir comme cela juste pour rien ?
Pour nous tenir debout lorsque l’on se visionne dans nos miroirs essayant de penser que nous sommes des gens bien !

Mais il me semble qu’il faut aller les chercher de plus en plus loin ces pensées d’émotions non déguisées De faux tout jusqu’à en oublier nos noms, les enterrant dans la fausseté commune ridiculisée, et c’est assez ?

Elisabeth Žarkov

Advertisements

Navire

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on October 13, 2012 by Zarbis Art Videos

Ship, Sea, Violin, Sadness, Love, Life, Death, Destiny, Beauty, Konnection, Separation, Nature, Change, Distance, Dark, Light, Landscape, Mist, Eternity, Imagination, Inspiration, Scene, Passing, Boating, Sky, Clouds, Sunset, Recollections, Interpretation, Poem, Žarbis, Elisabeth, Žarkov

Lorsque pour la première fois
J’ai vu ton sourire , offert à moi,

Alors ce jour là , je suis restée
Sans voix et un peu hébétée.

Je ne savais que te dire,
Mais je savais quoi t’offrir!

Quoi t’offrir ! C’est mon amour.
L’amour d’une femme qui t’aime pour toujours.

Je vais y mettre toutes mes forces
et toi faire de moi ton trésor…?

Je ne dis pas non, oh non: oh non !
Acceptant toutes tes conditions

Parce-qu’en réalité toi seul connais.
Toi seul savais que j’étais fatiguée.

D’une vie passée à sauver des drapeaux
En avais-je ce droit d’ailleurs! Non non !

Chaque pays portant leur fardeaux
Ne pas m’en mêler sinon je tombe à l’eau;

Que je suis pas jolie, lorsque de tout
Je veux déverrouiller les écrous

D’un monde qui semblerait, qui lui
ne veut changer !.. C’est tant pis!

Nous toi et moi on part sur un bateau
Y entendre la mer, écoutes! ô comme c’est beau.

Et puis voilà que lorsque sur ta terre promise
Sur ta terre lorsque je me suis surprise
ô oui a m’épanouir.
Alors dis chéri, aujourd’hui
à toi je dis oui..!

Viens mon amour !On prend ce navire
y voir l’ivresse de notre avenir.

Il s’ouvre, oui! S’ouvre à nous deux,
J’en fais le voeu devant Dieu.
Tu dis pareil ? Oh voici l’aveu .

Elisabeth Žarkov

Quelque chose entre

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on September 29, 2012 by Zarbis Art Videos

Quelque chose entre

Between, Shine, Changes, Heaven, Love, Eye, Unification, Soul, Transformation, Life, Death, Faith, Love, Nature. Infinity, Rotation, Sublime, Dancing, Flashing, Lights,Tornado, Fission, Fusion, Body, Vibrations, Feelings, Breath, Poem, Elisabeth, Žarkov, Žarbis

j’ai franchi la tour de Babel ..!
pour te dire je t’aime, t’aimerais,
Cette force qui nous enchaîne ,
N’a pas ô pas d’égale semblerait ..!

Souvent elle se brise quand les du nord vents,
S’en mêlent, mais le soleil est là pour nous éclairer.
Et qu’ainsi quatre saisons nous ouvrent l’entendement
Celui ou toi et moi devons comprendre et rayonner .

Qu’aux travers des siècles ! Nous étions faits
Même lorsque la tornade vient tout balayer
Tout emporter dans le ciel , notre amour lui-même,
Celui-ci remet le tout à nu sur terre pour nous lier.

Jusqu’à notre dernier souffle et si tu ne peux;
M’empêcher d’écrire pour d’autres . Tu ne peux m’empêcher
De t’aimer ! Tu veux que je porte ton nom aussi je le veux.
Toi tu es né Zarkov moi Vaury et en un éclair , le sablier,

Du temps celui d’hier et d’aujourd’hui en efface un
Sur papier tout petit papier pour les miens y assigner
Le tien en bas de toutes pages et pour un lointain ,
Qui lui seul nous appartient , abdiquer? Moi savoir faire.

Et si j’ai l’arme de l’encre tombante sur feuille féroce !
Je n’ai qu’un coeur celui-là qui d’ailleurs ne bat que pour toi
Lorsque le jour vient et que la nuit de même se palette d’or
Un beau soir hiver toi et moi sommes dit je t’aime à vie à mort sera .

J’ai peut-être une chose à te dire dans cette lettre ouverte
Moi j’ai les mots juste à toi dans faire pareil
Pour qu’il n y ai plus d’impair, impersonnel
Parce-qu’en réalité il n ‘y a que la vérité qui presse

Celle qui dit à la face d’un monde là et ici enfin partout
Où terre torrentielle il y a deux êtres qui s’aiment
Alors soyons clairs et à toi d’ouvrir cette lettre à tous
Et lorsque je dis tous! Je m’explique! Je veux dire ceux et celles

Tu dis être un homme sois-en un , pour moi tu l’es
Je dis être une femme et le prouve pour toi âme fière
De le dire ce mot magique je t’aime et t’aimerai
A prendre ou à laisser tout ces mots moi la peur n’est pas mon alliée.

Elisabeth Žarkov

Aperto libro amoris!

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on June 16, 2012 by Zarbis Art Videos

Aperto libro amoris

Blinds Sky Clouds Flying Insects Inside Outside Aperture Portrait Drama Lifting Lowering Scene Space Life Mosquito Shaft Window Glass Red Wine Encounter Movement Love Poetry Elisabeth Žarkov R.Žarbis

Quand tous ces moustiques sont venus assombrir notre ciel

Qnand nous étions aussi coupables qu’eux d’avoir aupres suivi conscience

Quant ils n’ont fait que fermer nos paradis et éclaircir l’enfer

Quant ils n’ont cru que pouvaient se rapprocher nos deux frontières

Quand de la tienne un beau soir d’hiver j’en ai fait la mienne

Quand même sous nos draps vermeils ils sont venus nous piquer comme abeilles

Quand par trop de morsures de langues de vipères

Quand pour revenir vers toi retraverssant toutes ces terres

Quand l’incompréhension s’en est mêlée en me faisant tourner la tête

Quand tu n’avais de cesse de me crier je t’aime

Quand ne voulant plus rien entendre me cloisonant dans cette moustiquaire

Quand montant les marches de ce car j’ai rembobiné la déroute à l’envers

Quans dans un dernier élan me suis souvenue de t’avoir promis ma vie à toi qui m’éveille

Quand cette vraie vie je t’avais pour toujours offerte

Quand enfin j’ai fermé aux moustiques toutes mes persiennes

Quand j’ai voulu pour t’y voir me retrouver seule face à moi-même

Alors j’ai compris que je n’aurai pas assez d’une vie pour te dire je t’aime

Quand la force au bout des mes bras je suis revenue ouvrir notre lettre ouverte

Quant elle annonce enfin une vie qui n’est que mienne et tienne

Alors cette fois à toi et toi à moi on reste .

Elisabeth Žarkov (Vaury)

Livre ouvert

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on June 1, 2012 by Zarbis Art Videos

Livre ouvert

Book Hand Motion Windmill Love Stone Sun Moon Sunflower Wave Ring Circle Time Hour World Heart Word Flower Poem Žarkov Elisabeth Vaury Žarbis

Que la foudre me tombe de partout
Que l’eau me recouvre de boue
Que le pluie me fouette mes joues
Que l’embrume défile son fil rouge
Que la pierre roule comme sur mon cou
Que l’herbe vienne fouetter mon âme floue
Que le soleil me brûle mon coeur-de-louve
Que la terre son cratère pour nous s’ ouvre
Que l’étoile à jamais tire son risque-tout
Que la mer en deux s’écarte pour nous
Que cette fois on risque notre va-tout
Que cette fois ! Allons déverrouiller tous nos doutes
Emporter emporter la clé loin !De l’écrou ,
J’ assigne de notre nom le temps d’un atout
Ci-dessous et si possible pour toujours,

Žarkov Elisabeth (Vaury)

Coming-Soon-Never-Coming

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on May 8, 2012 by Zarbis Art Videos

Coming-Soon-Never-Coming

Expression, Inspiration, Rush, Sun, Forest, Road, Walking, Sky, Landscape, Touch, Cap, Hunch, Insomnia, Prison, Hand, Hope, Looking, Back, Light, Dark, Motion, Tension, Psychology, Nature, Žarkov, Žarbis,

Touch the sun, that’s all that surrounds you.

l’ enjeu

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on April 22, 2012 by Zarbis Art Videos

L'enjeu

Wave, Air, Fire, Time, Information, Codes, Radio, Signal, Helmet, Brain, Hoop, Motion, Speed, Eyes, Head, Nature, Above, Infinitely, Illusion, Inspiration, Atmosphere, Flame, Tower, Eiffel, Poetry, Elisabeth, Žarkov, Žarbis,

Sur cette route hystérique de la vie tout va trop vite
et moi, je roule à une allure vers un point non défini.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Au poste de radio une histoire d’amour à la chaîne rengaine.
Je passe la quatrième vitesse, je dois avoir la fièvre.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Soudain mes pieds ne sont plus synchros.
J’écrase la pédale de l’ accélérateurs à fond.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Je me crois la plus forte , alors je refuse de regarder l’évidence.
A rouler si vite, on vit avec des sentiments tordus en alternance.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Une voix arrive à mon oreille, bonne conseillère elle me dit :
Les cracheurs d’étoiles filantes t’offrent leurs flammes énigmatiques.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Je prends deux ou trois temps de poses pour mieux envisager mon futur,
Cet urgent atmosphère devient lourde sous mes lunes.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Perdu de la sagesse ,je me suis fusillée le cerveau avec tous ces malfrats.
C’est au coin de nul part que j’ai croisé l’infini, c’est un mirage.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Soudain je vois ! un mur d’un coup surgit devant tous mes futurs compromettants,
J’essaie de le franchir pour contempler le jour naissant.
Jusque là tout va bien jusque là tout va bien.
Mais j’ai nullifié l’espoir de signer le bon contrat.
J’ai jamais bien aimé les veilles décades infâmes.
Jusque là jusque là jusque là : rien ne va plus.
Je prends rendez- vous avec le Diable,
Déjà j’ai sorti mon casque et mon lance-flamme.
Jusque là j ai froid à l Ame .En Fer devenue conviendra
Des lors je cherche l ombre celle-là meme
Vois tu toi qui te balade ailes en ailes
Une main sur le coeur et l autre ? Qui puis-je et qu en sais-je

Elisabeth Žarkov