Archive for Red

LIFE IS CHILI PEPPERS

Posted in Animation, art, Editing, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on January 10, 2017 by Zarbis Art Videos

Life is chili peppers

Chili peppers, Life, Metaphor, Mouth, Food, Symbol, Interpretation, Fast, Motion, Definition, Cycle, Tablecloths, Plate, Green, Red, Yellow, Fate, Nature, R. Zarkov, Zarbis Art Videos,

Green, red or yellow

Short but angry

Life is chili peppers

Advertisements

Chain

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , on February 18, 2014 by Zarbis Art Videos

Chain

The body, Wrapped, In a chain, Link, Carved, Escape, Inhibit , Invisible, Essence, Life, The material side of our being, Microcosm, Arrays, Red, Our blood, Žarbis Art Video,

Enchaînée à vos cœurs d’une chaîne ?

Pas  le choix  , vous êtes de ceux au sang bleu .

Vous quitter jamais ? ! Non jamais..

Même si passe part là , la justicière   .

Oh mes aïeux seigneur ou même Dieu.

Vous quitter jamais ? ! Non jamais.

Que m’avez vous donc fait , pour que je reste?

Vos âmes sont  de  tels , de tels lieux !

Que j’y suis  comme  dans une chapelle .

Vous quitter jamais ? ! Non jamais.

D’ailleurs que personne n’ assiège  ce milieu .

De guerre en guerre , non plus de guerre .

Je ne veux plus voir de sang sous les feux .

Il serait dommage que l’on brise cette chaîne par jeu .

Cette chaîne qui nous accouple depuis des siècles .

Vous quitter jamais ? ! Non jamais.

C’est comme une prière que je vous adresse.

Ombres chères du royaume des courageux

Vous quitter jamais ? ! Non jamais.

Elisabeth Žarkov

Espagnol mur

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on May 3, 2013 by Zarbis Art Videos

Espagnol mur

Spanish wall, Bull head, Spades, Red, Blood, Glass, Wine, Game, Symbol, Drapery, Rays, Pain, Space, Horn, Mass, Poem, Elisabeth, Žarkov R, Žarbis

Oh dis de quelle couleur  tu veux le mur ?

Rouge comme ma colère qui souvent dure .

Ou  passionnement pourpre ?! Moi je sais plus.

Je vais finir par grogner  dans mon coin,

Tu sais ? Non tu sais pas! T’as le béguin,

Pour mes taqueneries  lorsque je peins,

Le mur comme un jardin,

Fleurs qui poussent  le matin .

Et toi et moi main dans la main,

Et le soir oui le soir on ira , on ira

Se coucher sous le magnolia.

Fait trop chaud entre quatre murs paprika.

Tu sais toi! Que j’ai le rouge qui colère souvent .

Lorsque j’ai trop chaud ?!Tu le sais depuis le temps!

Toi celui dont je porte le nom depuis un bout maintenant !

Alors t’amuses pas avec mes nerfs! Sinon je fais brûler,

Encore le divan avec mon amour dedans.

Qui jamais ne prendra le vent.

J’acte et signe ton nom sur mes papiers

Maman déjà est au courant depuis ma dernière

Lettre à elle envoyée et par de ce fait béatifié….

Comme dernier souhait certifié..

Elisabeth Žarkov

L’exil en dernière chance

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on June 22, 2012 by Zarbis Art Videos

L'exil en dernière chance

Well Symbol Boat Soul Performance Wave Dark Heaven Inferno Red Candle Flame Whirl Distance Blue Infinity Space Poetry Elisabeth Žarkov R. Žarbis

je me balance sur une corde raide
Et un jour elle cédera je le sais
Et sans nul doute je le souhaite
Je voulais juste vivre dit-il le terrain
Un jour vous êtes arrivés stupides humains
Vous m’avez tout pris et vous osez vous plaindre!
Souvent lorsque je vous regarde face à face
J’aimerai vous enfermer dans un sarcophage
Presque 6 milliards de présumés coupables
Mais qu’est-ce donc que cet amour
Dont vous me parlez depuis ma clarté au jour
Celui pour qui, celui pourquoi le vôtre toujours !
N’ y a t’ il rien que vous ne fassiez sans faire le mal
Ô jeu d’homo sapiens ! Ô tromperie inavouable !
Mes larges cadeaux étaient pourtant à pointes égales
Semble vouliez les transformer en d’infernales prisons
Ô humain ô hommes ô femmes mais qui êtes-vous donc
Des ombres des fantômes des ondes des lumières sombres ?
Hâtez-vous cavaliers de braver la flamme fierté des cœurs
L’amertume des pleurs n’a plus aucun sens je décompte les heures
Et toi par-dessus tous, promeneur sans voie à la mortelle peur
Parfois j’adorais te briser en funeste apparence
L’obscurité s’avance elle présage elle tremblante
Le vent la pousse vers l’exil en dernière chance
Dans l’immensité qui s’agite en noirs tourbillons
Se refaire les paupières et ses lambeaux haillons
Elle décuple ses efforts sur le toit du monde
Mais en sourdine hurle je tombe dans la suffocante nuit
Et toi baroudeur des petits jours tu fugitives ta course livide
Sur le terrain houleux où tes dieux t’emportent dans le vide
Le tonnerre s’écoule, le lointain coule, humain tu m’agaces !
De ton affreux conflit entre toi et toi! Contre toi bagarre !
Eclate tous les effrois qui abîment mon Ame la teintant écarlate
Tu n’es rien sans moi je suis tout sans toi et sans tourment
Eblouissante : L’univers me fit il y a presque 6 milliards d’Ans

Jeune et belle joyeuse de flots en flots éclose fraîchement
Mais aujourd’hui qu’en est-il
Mais aujourd’hui que reste t-il
Mais aujourd’hui humain tu m’épuises

Elisabeth Žarkov (Vaury)

Aperto libro amoris!

Posted in art, video with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on June 16, 2012 by Zarbis Art Videos

Aperto libro amoris

Blinds Sky Clouds Flying Insects Inside Outside Aperture Portrait Drama Lifting Lowering Scene Space Life Mosquito Shaft Window Glass Red Wine Encounter Movement Love Poetry Elisabeth Žarkov R.Žarbis

Quand tous ces moustiques sont venus assombrir notre ciel

Qnand nous étions aussi coupables qu’eux d’avoir aupres suivi conscience

Quant ils n’ont fait que fermer nos paradis et éclaircir l’enfer

Quant ils n’ont cru que pouvaient se rapprocher nos deux frontières

Quand de la tienne un beau soir d’hiver j’en ai fait la mienne

Quand même sous nos draps vermeils ils sont venus nous piquer comme abeilles

Quand par trop de morsures de langues de vipères

Quand pour revenir vers toi retraverssant toutes ces terres

Quand l’incompréhension s’en est mêlée en me faisant tourner la tête

Quand tu n’avais de cesse de me crier je t’aime

Quand ne voulant plus rien entendre me cloisonant dans cette moustiquaire

Quand montant les marches de ce car j’ai rembobiné la déroute à l’envers

Quans dans un dernier élan me suis souvenue de t’avoir promis ma vie à toi qui m’éveille

Quand cette vraie vie je t’avais pour toujours offerte

Quand enfin j’ai fermé aux moustiques toutes mes persiennes

Quand j’ai voulu pour t’y voir me retrouver seule face à moi-même

Alors j’ai compris que je n’aurai pas assez d’une vie pour te dire je t’aime

Quand la force au bout des mes bras je suis revenue ouvrir notre lettre ouverte

Quant elle annonce enfin une vie qui n’est que mienne et tienne

Alors cette fois à toi et toi à moi on reste .

Elisabeth Žarkov (Vaury)